Plus de 10.000 manifestants antijaponais à Pékin

Publié le par Louis Selapa

Plus de 10 000 Chinois ont manifesté samedi à Pékin pour demander le boycottage des produits japonais et s'opposer à l'octroi au Japon du statut de membre permanent au Conseil de sécurité de l'ONU en raison du refus de Tokyo de reconnaître les atrocités commises pendant la Seconde Guerre mondiale.

La manifestation, qui a commencé dans le quartier de Zhongguancun (中关村), connu pour ses boutiques d'appareils électroniques et habité par de nombreux étudiants, intervient moins d'une semaine après d'autres manifestations antijaponaises qui ont dégénéré dans d'autres villes chinoises.

Dans l'après-midi, les manifestants ont défilé sur l'une des grandes artères de la capitale chinoise en direction du quartier des ambassades, où la police a bloqué l'accès au siège de la représentation nippone.

Certains manifestants ont tout de même réussi à forcer le passage pour aller jeter des pierres et des bouteilles devant la résidence de l'ambassadeur du Japon.

"Le Japon doit admettre son passé", s'insurge Cheng Lei, l'un des manifestants. "Nous souhaitons faire connaître notre sentiment au gouvernement japonais afin qu'il sache ce que l'on pense."

La police a refusé d'avancer le moindre chiffre sur le nombre de manifestants mais l'agence officielle de presse Chine nouvelle les a estimés à plus de 10 000.

MANUEL SCOLAIRE CONTROVERSÉ

"Dans tout le pays, on aspire à boycotter les produits japonais, mais rien n'a été fait à ce sujet. Les étudiants patriotiques se sont dès lors organisés", dit un avis qui circulait vendredi par e-mail.

Les manifestations sont rares en Chine, où les dirigeants communistes sont attentifs à maintenir la stabilité dans une période de changements sociaux et d'agrandissement du fossé entre riches et pauvres.

De précédentes manifestations devant l'ambassade du Japon étaient encadrées par la police, ne regroupaient qu'une cinquantaine de personnes et se déroulaient selon un scénario bien établi de courts discours et de remise de lettres ou de pétitions à l'ambassade.

Le ressentiment des Chinois envers le Japon a été exacerbé par l'approbation, mardi par Tokyo, d'un manuel scolaire d'histoire qui minimise selon eux les crimes de guerre nippons.

Samedi, les manifestants, des étudiants pour la plupart, ont brandi des pancartes et scandé des slogans devant un centre commercial dont la police leur a interdit l'accès.

Le week-end dernier, des manifestants avaient brisé les vitres d'un supermarché japonais à Chengdu, une ville du sud-ouest, où une manifestation contre la candidature du Japon à un siège permanent au Conseil de sécurité avait dégénéré.

Des manifestants étaient aussi descendus dans les rues à Guangzhou, Shenzhen et Chongqing.

Les media chinois ont rapporté que des millions de Chinois avaient signé une pétition sur internet exprimant leur opposition à l'octroi d'un siège permanent au Japon.

 

Sources : Reuters, Agence Chine nouvelle / 新华通讯社

Publié dans Nouvelles de Chine

Commenter cet article