Pyongyang consacrerait toutes ses ressources au nucléaire

Publié le par Louis Selapa

Source du dessin : Steve Breen, The San Diego Union-Tribune

La Corée du Nord affecte toutes ses ressources à la mise au point d'armes nucléaires, selon le plus haut responsable nord-coréen à avoir jamais fait défection au Sud, Hwang Jang-yop.

Hwang est l'artisan de l'idéologie du "Juche", forme exacerbée d'autarcie dont s'était fait l'avocat feu le chef historique de la Corée du Nord, Kim Il-sung. Hwang était dans le même temps à la tête du département des relations internationales du Parti des travailleurs de Corée, au pouvoir à Pyongyang, et un proche collaborateur de l'actuel numéro un du pays, Kim Jong-il, avant de faire défection en 1997.

"C'est un petit pays, mais il a affecté tout son potentiel à ces programmes, dès le début", a dit Hwang à Séoul lors d'un forum organisé par une formation de l'opposition sud-coréenne.

Il dit avoir été informé par le secrétaire du parti chargé de l'armement, en 1996, de ce que les autorités avaient décidé de lancer un programme d'enrichissement d'uranium.

Hwang précise qu'il n'avait qu'indirectement connaissance des programmes nucléaires nord-coréens, mais il dit avoir eu de longues discussions avec Kim Jong-il, qui lui avait semblé sur le point de faire accroître le stock de matériaux nucléaires du pays, malgré l'engagement pris en 1994 avec les Américains d'en arrêter la mise au point.

"Ce dont Kim Jong-il a le plus peur, c'est des Etats-Unis", dit Hwang.

Le transfuge met en doute l'utilité du processus de pourparlers à six sur le programme nucléaire nord-coréen, disant que les pays qui y participent sont manipulés par Kim Jong-il, lequel attire ainsi l'attention sur la Corée du Nord et fait monter les enjeux.

Selon lui, le mécontentement est plus grand aujourd'hui en Corée du Nord envers la classe dirigeante, et une certaine discorde règne, mais il serait erroné de parler d'effondrement du pouvoir de Kim Jong-il. "Les talents de Kim Jong-il en tant que dictateur sont remarquables", souligne-t-il.

Contrairement à l'idée reçue hors de Corée du Nord, Kim Jong-il était de fait le numéro un du pays bien avant la mort de son père en 1994, dit-il. Selon Hwang, Kim junior a commencé dès les années 1970 à assumer les fonctions suprêmes.

Source : Reuters

Publié dans Nouvelles de Corée

Commenter cet article