La Corée du Nord préparerait un essai nucléaire souterrain, selon Washington

Publié le par Louis Selapa

Les Etats-Unis ont averti l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) que la Corée du Nord s'apprêterait à effectuer un essai nucléaire souterrain, peut-être dès le mois de juin, ont rapporté samedi à l'Associated Press des diplomates ayant requis l'anonymat, évoquant des photos satellite en ce sens.

Washington craint depuis longtemps que la Corée du Nord ne poursuive son programme d'armement nucléaire. D'après des responsables sud-coréens, Pyongyang a récemment fermé le réacteur nucléaire de Yongbyon - une procédure indispensable pour récolter le plutonium nécessaire à un essai souterrain.

Un haut responsable proche de l'AIEA a précisé samedi à l'AP qu'il ne semblait pas que l'agence onusienne ait été officiellement avertie de ces nouvelles inquiétudes américaines.

Dans ce réacteur de 5 MW se trouvent des crayons combustibles usés dont on peut extraire du plutonium. Mais ils ne peuvent être extraits du réacteur que lorsque ce dernier est à l'arrêt.

Vendredi, le sous-secrétaire d'Etat américain Christopher Hill, en charge de la Corée du Nord, a mis en garde Pyongyang contre tout essai nucléaire. Il a estimé qu'un tel acte constituerait une complication "vraiment inquiétante" pour les négociations à six.

Ces discussions, auxquelles participaient les deux Corée, les Etats-Unis, la Chine, le Japon et la Russie, ont été suspendues en juin 2004 après trois séries de pourparlers infructueuses.

Pyongyang a quitté l'AIEA en 2002. Depuis, l'agence onusienne n'a aucun moyen de contrôle direct pour surveiller le programme nucléaire nord-coréen.

Les services de renseignement américains pensent que Pyongyang détient une ou plusieurs armes atomiques, ainsi que des missiles capables d'atteindre les Etats-Unis, mais dont la portée n'a pas été testée. Ils ne disent pas si la Corée du Nord dispose déjà de la technologie qui lui permettrait de miniaturiser une arme nucléaire, de la poser sur un missile et de guider ce dernier afin qu'il touche une cible.

Washington et Séoul ont demandé à la Chine, principal allié de la Corée du Nord, de jouer un rôle plus important afin de convaincre Pyongyang de regagner la table des négociations.

Le président sud-coréen Roh Moo-hyun prévoit de discuter du blocage des pourparlers avec son homologue chinois Hu Jintao le 9 mai prochain à Moscou, en marge du 60e anniversaire de la victoire alliée en Europe.

En février dernier, la Corée du Nord a affirmé qu'elle avait déjà mis au point des armes nucléaires et qu'elles boycotterait de nouvelles négociations.

Source : AP

Publié dans Nouvelles de Corée

Commenter cet article