Pékin décline l'invitation du président taïwanais de se rendre sur l'île

Publié le par Louis Selapa

Le président taïwanais Chen Shui-bian a invité mardi son homologue chinois Hu Jintao à se rendre à Taïwan, proposition aussitôt déclinée par Pékin, en raison des positions indépendantistes du parti de M. Chen, actuellement au pouvoir dans l'ancienne Formose.

M. Chen a souhaité que le président chinois "puisse venir se rendre compte par lui-même si Taïwan est un pays souverain et indépendant, et ce que nos 23 millions d'habitants ont en tête. Nous n'avons rien à cacher".

Les déclarations du président interviennent alors que Lien Chan, chef du parti nationaliste de Taïwan (Kuomintang) termine mardi une visite historique de huit jours en Chine populaire, où il a rencontré Hu Jintao vendredi à Pékin. C'était le premier entretien à ce niveau depuis la rupture entre communistes et nationalistes en 1949.

Pékin a fait savoir mardi qu'il n'y aura pas de contacts officiels avec Chen Shui-bian tant que son Parti progressiste démocratique ne renoncera pas à l'indépendance. La Chine invite aussi le numéro un taïwanais à se conformer à l'accord tacite conclu en 1992 entre les deux parties, selon lequel Pékin et Taïwan ne constituent qu'"une Chine".

Pékin a récemment adopté une loi antisécession, autorisant le recours à la force en cas de déclaration d'indépendance de l'ancienne Formose. Si Chen Chen Shui-bian est favorable à l'indépendance, les nationalistes, longtemps au pouvoir, sont partisans de ne pas rompre totalement les amarres avec le continent.

Depuis la fin de la guerre civile qui a vu la prise du pouvoir par les communistes à Pékin en 1949 alors que les nationalistes se repliaient à Taïwan, Pékin et Taïpeh se disputent la représentation de la patrie : le premier sous l'appellation "République populaire de Chine", le second comme "République de Chine".

Les liens, parallèlement, sont de plus en plus étroits entre les deux rives du détroit de Formose, sur le plan économique en particulier. La Chine a annoncé mardi que les ressortissants du continent pourront visiter l'île, tandis que les tarifs d'importations des fruits taïwanais ont été abaissés.

Pékin a parallèlement offert deux pandas géants "aux compatriotes de Taïwan", geste que Taïpeh avait refusé il y a quelques années, y voyant là un cadeau empoisonné.

Source : AP

Publié dans Nouvelles de Chine

Commenter cet article