La Corée du Nord douche les espoirs de reprise des pourparlers nucléaires

Publié le par Louis Selapa

La Corée du Nord a douché mercredi les espoirs de son retour rapide à la table des négociations sur ses programmes nucléaires militaires, posant une nouvelle fois comme préalable un changement d'attitude des Etats-Unis. "En ce qui concerne la reprise des discussions à six, cela dépend entièrement de la réponse américaine à l'appel de (la Corée du Nord) pour créer des conditions et un environnement propices à leur reprise", a déclaré sans plus de précisions un porte-parole du ministère nord-coréen des Affaires étrangères, cité par l'agence officielle KCNA.

Ce commentaire fait suite à des déclarations de l'ambassadeur de Chine à l'Onu, Wang Guangya, qui avait estimé lundi que les pourparlers pourraient reprendre "dans les prochaines semaines". Invité à dire si cela pourrait même être avant la fin du mois de juin, il avait ajouté: "Ce serait mieux, oui".

Auparavant, le porte-parole du ministère américain des Affaires étrangères, Sean Mc Cormack, avait affirmé que Pyongyang avait annoncé la reprise des négociations lors d'une rare rencontre américano-nord-coréenne à New York lundi. "Les Nord-Coréens ont dit qu'ils reprendraient les négociations à six, mais ils n'ont pas donné de date précise", avait-il ajouté.

Pyongyang, qui a annoncé en février posséder l'arme atomique, boycotte depuis septembre 2004 les pourparlers tenus en présence des Corées, des Etats-Unis, de la Chine, du Japon et de la Russie. Trois séries de discussions ont déjà eu lieu depuis 2003 à Pékin mais sans réussir à dénouer une crise qui perdure depuis octobre 2002.

Le régime stalinien pose régulièrement comme préalable à son retour aux négociations un changement de l'attitude "hostile" des Etats-Unis qui, selon Pyongyang, veut envahir la Corée du Nord et anéantir son système communiste.

Dans sa déclaration de mercredi, le porte-parole nord-coréen n'a pas précisé ce que Pyongyang considérait comme des "conditions propices". Mais le responsable évoque une nouvelle fois les "calomnies" lancées par Washington.

Le secrétaire américain à la Défense, Donald Rumsfeld, "a calomnié avec malveillance (la Corée du Nord), affirmant que son régime ne cherchait qu'à renforcer son arsenal militaire et qu'il s'agissait d'un pays misérable". "Cela montre clairement qu'il est un imbécile qui ignore complètement la diplomatie, le dialogue, et la négociation", a ajouté le porte-parole.

"Les Etats-Unis appellent à prendre part aux discussions tout en insultant et en provoquant (la Corée du Nord) au moment où un contact est en cours en vue de la reprise des discussions à six", a-t-il regretté.

Le journal japonais Asahi affirme dans son édition de mercredi que la Corée du Nord a exigé lors de la réunion avec les Etats-Unis à l'ONU d'être "considérée comme une puissance nucléaire".

Selon Asahi, des responsables américains croient savoir que Pyongyang voudrait recevoir le même traitement que le Pakistan. Le pays d'Asie du Sud avait subi des sanctions américaines après avoir testé avec succès une arme nucléaire en 1998, simultanément à l'Inde, mais Islamabad est depuis devenu un des plus fidèles alliés de Washington, à la faveur de la "guerre contre le terrorisme".

Les déclarations faites à l'ONU avaient déjà suscité le doute, des responsables soulignant que Pyongyang avait à plusieurs reprises promis un retour aux pourparlers mais sans que cela se concrétise.

A Washington, Christopher Hill, responsable de la délégation US aux négociations, a rappelé qu'on ne pourra parler d'avancée que "quand nous aurons une date" sur la reprise.

Chong Woo-Seong, conseiller du président sud-coréen Roh Moo-Hyun, estime lui aussi que les déclarations faites à l'ONU "ne peuvent amener à la conclusion que les pourparlers vont reprendre".

Sources : AFP, KCNA / 조선통신, Asahi Shimbum / 朝日新聞

Publié dans Nouvelles de Corée

Commenter cet article