Nucléaire nord-coréen: un ministre sud-coréen rencontre Kim Jong-Il

Publié le par Louis Selapa

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Il s'est entretenu vendredi avec le ministre sud-coréen chargé des relations entre les deux pays, qui devait tenter de persuader le dirigeant nord-coréen de revenir à la table des négociations sur son programme nucléaire, a déclaré un porte-parole sud-coréen.Chung Dong-Young, ministre sud-coréen de l'Unification, a eu une entrevue exceptionnelle, au cours d'un déjeuner à Pyongyang, avec le dirigeant nordiste, a indiqué son porte-parole Kim Hong-Je.

M. Chung dirigeait une délégation sud-coréenne de 40 membres invitée à célébrer le 5e anniversaire du premier sommet inter-coréen de juin 2000. Il devait regagner Séoul vendredi mais a été convié en dernière minute à rencontrer le numéro un de la Corée du nord. C'est la première fois que Kim Jong-Il s'entretient avec un membre du gouvernement sud-coréen depuis avril 2002.

L'entretien, dont la teneur n'a pas été immédiatement révélée, est intervenu alors que Pyongyang ne montre aucune volonté de reprendre les entretiens destinés à mettre fin à son programme d'armement nucléaire, en dépit des appels des Etats-Unis et d'autres pays.

Des responsables sud-coréens avaient espéré que la rencontre permettrait de transmettre directement au dirigeant de Pyongyang les inquiétudes de la communauté internationale.

Les négociations multipartites sont suspendues depuis un an et la Corée du nord refuse de reprendre le dialogue tant que les Etats-Unis n'auront pas changé de politique à son égard. Pyongyang a affirmé en février disposer de l'arme atomique et a ajouté depuis qu'il renforçait son arsenal.

Jeudi encore, le régime communiste avait estimé que "l'hostilité" américaine n'avait pas changé en dépit de certains gestes de responsables pouvant laisser penser à un réchauffement.

"La politique américaine hostile contre notre République n'a pas du tout changé", a déclaré le numéro deux du régime communiste, Kim Yong-Nam.

Lors d'une rencontre jeudi avec le ministre sud-coréen de l'Unification, Kim Yong-Nam avait ajouté: "Si les Etats-Unis reconnaissaient notre système politique, nous traiterions les Etats-Unis en amis", selon ses propos cités par un porte-parole sud-coréen.

Du côté américain, le négociateur en chef sur le dossier, Christopher Hill, a souligné le même jour que les Etats-Unis "croyaient encore dans le processus à six nations". Il faisait référence aux négociations multipartites réunissant les deux Corées, les Etats-Unis, la Chine, le Japon et la Russie.

Trois séries de pourparlers ont été organisées depuis 2003, sans réussir à dénouer la crise qui perdure depuis 2002, et Pyongyang a refusé de prendre part à un quatrième round qui avait été prévu à l'automne dernier.

Evoquant des contacts entre Américains et Nord-Coréens à New York, la Maison Blanche avait déclaré la semaine dernière que Pyongyang avait "exprimé un intérêt à reprendre les négociations, mais n'avait pas donné de date sur la reprise".

Pyongyang avait toutefois refroidi les espoirs d'un déblocage en déclarant ensuite que des obstacles empêchaient toujours une reprise du dialogue.

Le régime communiste a exigé du gouvernement américain qu'il satisfasse à un certain nombre de conditions préalables non précisées et déclaré que de nouvelles armes nucléaires étaient en cours de fabrication en Corée du Nord.

Source : AFP

Publié dans Nouvelles de Corée

Commenter cet article