Nucléaire nord-coréen : Séoul veut une date de reprise des négociations, Pyongyang la pax americana

Publié le par Louis Selapa

La Corée du Sud a pressé mercredi Pyongyang de reprendre des négociations multilatérales sur le nucléaire dès le mois prochain tandis que le régime communiste a déclaré qu'il n'aurait pas besoin de l'arme atomique si les Etats-Unis cessaient de le traiter en ennemi. Séoul et Pyongyang tiennent jusqu'à vendredi à Séoul leurs premières négociations au niveau ministériel en plus d'un an dans un contexte d'espoir de sortie de l'impasse sur les ambitions nucléaires du Nord.

Lors de la séance d'ouverture mercredi, la Corée du Sud a demandé à son voisin de revenir "sans faute" le mois prochain à la table des négociations sur son programme nucléaire.

Les négociations entre les deux Corées, les Etats-Unis, la Chine, la Russie et le Japon sont gelées depuis un an à la suite d'un boycottage de Pyongyang qui exige un changement d'attitude des Etats-Unis et a affirmé en février disposer de l'arme atomique.

"Nous avons souligné que les Corées du Nord et du Sud devaient toutes deux coopérer pour discuter de mesures substantielles afin de reprendre sans faute en juillet les pourparlers à six pour trouver une solution à la question nucléaire", a dit un porte parole sud-coréen, Kim Chun-Shick.

Il a ajouté que "l'astmosphère avait été sincère et amicale" mais on ignorait quand et si le Nord répondrait à la demande du Sud.

A Pékin, le président chinois Hu Jintao a répété son souhait de collaborer avec la Corée du Sud en vue de faire revenir le Nord à la table des négociations. "Que nos deux pays coopèrent étroitement afin de rendre la Corée du Nord et les Etats-Unis plus flexibles en vue d'une reprise rapide des négociations à six", a-t-il déclaré, selon le porte-parole du Premier ministre sud-coréen Lee Hae-Chan, en visite en Chine.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Il avait déclaré la semaine dernière que son pays pourrait reprendre les négociations multilatérales sur le nucléaire dès le mois prochain si les Etats-Unis reconnaissaient son régime et le traitaient avec respect.

Washington a répondu en invitant Pyongyang à fixer d'abord une date à son retour aux pourparlers.

Les discussions de Séoul se concentrent sur les relations et échanges intercoréens mais le chef de la délégation sudiste, le ministre de l'Unification Chung Dong-Young, a insisté pour que le nucléaire soit évoqué.

"La question du nucléaire en Corée du Nord est une question aussi bien intercoréenne qu'internationale. Nous devons en discuter et tenter de la résoudre lors de ces négociations", a-t-il dit cité par le porte-parole sud-coréen.

De son côté, la Corée du Nord a répété qu'elle était prête à renoncer à terme à l'arme atomique. Mais elle a de nouveau posé comme condition une normalisation de ses relations avec les Etats-Unis.

"La dénucléarisation de la péninsule coréenne a été le dernier souhait du président Kim Il-Sung (le fondateur du régime mort en 1994) et c'est notre objectif ultime", a déclaré le chef de la délégation nord-coréenne Kwon Ho-Ung.

"Si les Etats-Unis se montrent amicaux à l'égard de la Corée du Nord, nous n'aurons aucune raison de posséder une seule arme nucléaire", a-t-il dit, ajoutant que Pyongyang avait réclamé la poursuite de l'aide alimentaire sud-coréenne, souhaitant qu'elle se situe au même niveau que les années précédentes, soit quelque 400 000 tonnes de riz.

Le mois dernier, le Programme alimentaire mondial de l'Onu (PAM) avait estimé qu'une aide internationale d'urgence était nécessaire pour éviter une répétition des famines des années 1990.

Source : AFP

Publié dans Nouvelles de Corée

Commenter cet article