De Canton à Zunyi / 从广州到遵义 2/2

Publié le par Louis Selapa

 
En vert : Mon trajet
 
Le voyage en train est toujours passionnant en Chine. Rapidement chacun parle à son voisin et petit à petit né un esprit de famille. Avec un voyage de 24h, voire parfois plus, il vaut mieux que cela se passe ainsi.
Très vite je suis repéré et très vite j’entends la remarque attendue « Il parle ou pas chinois ? ». Je me retourne et je dis « oui » et là je vois des sourires s’afficher.  Comme si j’étais passé du statut de martien à celui d’être humain. J’en deviens pas pour autant Chinois et les vieux des lits d’en bas m’adresseront pas la parole du voyage.
Je passe les premières heures du voyage à échanger des sms pour tuer l’ennui et je profite des paysages du Guangdong. A certains endroits lorsque l’eau et les montagnes se marient la vue est magnifique. Mais, trop éphémère pour en faire des photos.
A 17h30, ils sont déjà tous en train de manger. Moi qui ai l’habitude de manger à 18h30 et qui en France me fait charier pour ça… ! 18h30, je mange mes nouilles instantanées. Je me vautre dessus en faisant le plus de bruit de bouche pour ne pas faire trop martien. A 21h30 je prends la direction de mon lit pour récupérer des heures de la nuit précédente passées au karaoké.
22h, les lumières s’éteignent… un gamin n’arrête pas de pleurer, mais je m’endors quand même.
Le lendemain je me lève vers 9h20 même si les lumières du trains sont éclairées depuis 6h du mat. Profitant d’un arrêt je reprends ma place au bord de la fenêtre. Mais mon téléphone n’a plus de batteries… je vais bientôt finir par mourir d’ennui.
On m’accueille d’un : « est-ce que tu as mangé ? » qui veut dire « bonjour » en chinois et cela depuis la catastrophe du Grand Bond en avant. Le seul fait d’avoir mangé était la bonne nouvelle de la journée.
Quelques instants plus tard à 11h30 s’affolant de voir que je n’ai toujours pas mangé une maman m’offre ces épis de maïs comme on en fait chez moi.
Pour leur faire plaisir je mange mes nouilles ensuite. Il est même pas midi.
Après de nombreux tunnels et de magnifiques paysages montagneux me voilà arrivé à Zunyi (遵义).
莫大伟
是我新的
名字
 
Photo de droite : Chaque région de Chine à sa bière (comme pour nous et notre vin). Pour Zunyi, voici la Gaoyan (高原啤酒) détenu par la non moins célébre marque Maotai (茅台)
La joie de retrouver mon amie sur le quai de la gare. Direction chez elle. Rencontre des parents. Je comprends rien à leur dialecte (贵州话) mais le papa fait de beaux efforts pour me parler un très joli chinois.
Direction ensuite un resto. Très vite je vois que toutes les têtes se tournent vers moi. Encore quelques temps et je finirais par m’habituer…
Direction ensuite un salon de thé dont le père de mon amie connaît le patron. Résultat : pas un centime à débourser. Grande et longue discussion.
Dodo.
 
 

Commenter cet article