Zunyi : Jour 1 Conférence de Zunyi - Temples - Chien - Karaoké / 遵义:第一天 遵义会议 寺庙 狗肉 卡拉OK

Publié le par Louis Selapa

 
 
Levé tôt pour un petit déjeuner en famille. Pas mal.
Direction ensuite le centre de Zunyi qui a été le théâtre d’un glorieux évènement dans la glorieuse histoire du magnifique Parti communiste de la grande Chine resplandissante. Disons que la « Conférence de Zunyi » (遵义会议) a été importante car c’est à ce moment là que Mao est devenu Premier Secrétaire du PCC. Ensuite, avec l’approche des troupes du Guomindang a commencé la Longue Marche (万里长征).
Tout a donc été conservé en l’état (juste un peu amélioré dira-t-on) et les bâtiments ont été élevés en lieu de souvenir.
 
 
 
Par là la chambre de Zhou Enlai (周恩来), par là la table de la conférence, par là… etc. Les jeunes Chinois d’aujourd’hui n’en ont absolument plus rien à faire et considère le Parti comme un gros machin sans intérêt. De mon côté, je préfère prendre ce genre d’endroit en m’amusant. Ces lieux de souvenir sont tellement artificiels et absurdes qu’en rire est finalement la meilleure solution.
On finit par enfin trouver la chambre de Mao (photo à gauche). Ma foi… ca traduit juste le style de l’époque. Rien de fameux.
Suite de la visite avec l’ancienne banque du Soviet, l’ancien lieu de la commission politique installée dans une jolie Eglise du temps où la présence française en Indochine se faisait ressentir jusqu’en Chine du Sud. On voit aussi la chambre de l’envoyé du Komintern. Je savais qu’en France le PCF avait été tenu par Eugen Fried, mais j’avais pas pensé qu’en Chine un Occidental puisse être aussi envoyé. Mais bon… finalement, c’était la logique du mouvement communiste international de l’époque. Rien d’étonnant. Comme toujours tout était tenu par Moscou.
Fin de la visite de ce haut lieu de mémoire.
 
Direction deux temples boudhistes à flanc de montagne sur les bords de la ville. Au passage, on traverse un des marchés de la ville. J’aime ces endroits. C’est comme si toute la Chine s’y exprimait. Un mélange d’odeurs, de couleurs, de bruits, de cris… Toute une ambiance qui reflète ma vision de la Chine éternelle.
Les temples sont beaux et donnent une idée de l’étendue de la ville. Assez petite pour la Chine. Au loin on aperçoit la centrale électrique de charbon. Le Guizhou est riche en charbon, la Chine est pauvre en toute autre matière première. Alors pourquoi se priver ? La rivière qui traverse la ville est verte par endroit. Le nuage de pollution qui est attaché au-dessus de chaque ville chinoise est lui aussi présent. Paris au temps de la Révolution industrielle devait ressembler à la Zunyi que je contemple.
Le soir direction avec les parents et un cousin un restaurant où on mange du chien. Quand on monte au premier étage on aperçoit les cuisines. Je préfère pas décrire ce que j’ai vu…
La cuisine, finalement, est bonne. Meilleure que le chien que j’avais pu manger à Pékin. Faut dire que le chien de Zunyi est réputé.
A vrai dire manger du chien ne me fait absolument rien. D’abord au goût on a la simple impression de manger de la viande. Rien d’exceptionnel. Ensuite ces chiens sont des chiens d’élevage pour être mangés. Je vois pas ce qu’il peut y avoir de révoltant. Ca n’est pas pire que de manger du porc ou du bœuf. Je comprends pas trop ces histériques qui luttent contre cette consommation. Je ne comprends toujours pas pourquoi il serait si honteux d’en manger. Les Coréens sont souvent pris à parti à ce sujet, mais nous avec nos cuisses de grenouilles on est pas plus ragoutant. Enfin… ça doit être une question de culture.
 
 
 
 
 
On finit la journée au karaoké avec cousin et cousines. Toutes les filles de la famille chantent bien. Moi, je saoûle le cousin qui ne fait que perdre aux dés. Je lui sorts une combinaison dont il se souviendra.
3h30 du matin. On finit par sortir.

Commenter cet article