Guiyang : Jour 2 Huaxi Place du Peuple / 贵阳:第二天 华溪 人民广场

Publié le par Louis Selapa

 
 
 
 
Je retrouve mon amie de Zunyi qui me rejoints à Guiyang.
Ensemble avec mon ami de Guiyang nous prenons la direction de Huaxi (华溪) et tout d’abord un vieux village conservé en l’état. Il a fini par devenir une attraction touristique et me fait penser à Lijiang (丽江) dans le Yunnan. J’y retrouve cet entassement de boutiques à touristes. Sauf qu’ici ceux-ci sont Chinois alors qu’à Lijiang nombreux étaient les Occidentaux.
 
 
 
 
 
 
Je me surprends à voir une vieille Eglise. L’empreinte catholique a l’air importante dans la région. Je suis sûr que l’ancienne présence française en Indochine y est pour quelque chose. Je finis par rentrer dans l’Egliste où on officie.
Signe de croix. Je m’assoie. Tout le monde me regarde. Sauf une vieille en train de dormir, complétement écroulée sur son banc. Le temps de me rendre compte que je ne comprends rien et nous nous en allons.
 
 
 
 
On prend ensuite la direction de Huaxi où on visite les bords de la rivière. Que de monde ! Le tout Guiyang s’y est rassemblé pour se rafraichir dans l’eau. Sur plusieurs kilométres rien que des Chinois qui mangent, qui crient, qui nagent… jamais un Français ne supporterait un tel entassement et un tel « bordel ». Pour un Chinois rien de plus normal. Et je finis par me dire qu’un Chinois sur nos plages se sentirait vraiment tout seul ! Et quel calme chez nous ! Et sans rien manger en plus !
 
            
 
 
 
 
 
Dans la soirée nous flânons sur la place du Peuple (人民广场) au centre de Guiyang. Une grande statue blanche de Mao nous salue. Face au grand camarade Mao, un joli slogan pour l’étude assidue de la théorie des trois représentativités. Deux répliques de la pyramide du Louvre donnent accès à un supermarché américain en plein milieu de la place. La Chine nous réserve des paradoxes amusant.
Un terrible orage retarde notre séparation avec mon amie de Zunyi, mais finalement on finit par prendre en toute hâte. Le temps sera bien long avant notre prochaine rencontre…
Encore une fois nous nous couchons tôt. Je récupère lentement de mes journées de diplomate.
 

Commenter cet article