Pékin raccourcit le mandat du prochain chef de l'exécutif de Hong Kong

Publié le par Louis Selapa

Le parlement chinois a décidé mercredi que le mandat du prochain chef de l'exécutif de Hong Kong serait de deux ans au lieu de cinq. La décision a été prise par le Comité permanent de l'Assemblée nationale populaire à la requête de l'actuel chef de l'exécutif par intérim, Donald Tsang, qui gouverne la Région administrative spéciale (RAS) depuis la démission le 10 mars à mi-mandat de son prédécesseur Tung Chee-hwa.

"La durée du mandat du prochain chef de l'exécutif de la RAS de Hong Kong sera égale au reste du mandat de Tung Chee-hwa, l'ancien chef de l'exécutif", a annoncé l'agence Chine nouvelle.

Les démocrates de Hong Kong considèrent qu'une telle décision, qui plus est prise à Pékin, sape une fois de plus l'autonomie de l'ancienne colonie britannique, rétrocédée à la Chine en 1997.

Donald Tsang s'était adressé à Pékin à un moment où l'opposition démocrate menaçait d'attaquer devant les tribunaux sa décision de réduire le prochain mandat à deux ans, risquant de faire dérailler le processus de désignation du prochain chef de l'exécutif.

Un collège électoral de 800 membres acquis aux vues de Pékin doit se réunir le 10 juillet pour désigner le futur chef de la RAS.

L'an dernier, le parlement chinois avait interprété la Loi fondamentale de Hong Kong en refusant l'élection au suffrage universel du chef de l'exécutif en 2007 ainsi que l'élection par l'ensemble de la population de tous les députés du parlement local, le Conseil législatif (Legco), en 2008.

A la suite de cette décision, aucune élection au suffrage universel n'est en principe possible à Hong Kong avant 2012.

Source : AFP, Agence Chine nouvelle / 新华通讯社

Publié dans Nouvelles de Chine

Commenter cet article