Des milliers de Chinois manifestent contre le Japon

Publié le par Louis Selapa

Aux cris de "Mort aux envahisseurs japonais", des milliers de Chinois ont manifesté samedi dans les grandes villes du pays contre la révision de l'histoire officielle du Japon atténuant les atrocités commises par les troupes nippones durant la Seconde Guerre mondiale.

A Shanghai, des milliers de protestataires ont bombardé le consulat du Japon avec des pierres, des canettes de peinture et des bouteilles après avoir fait de même avec les restaurants nippons se trouvant sur le parcours de leur défilé.

"Assumez l'Histoire!" ou "La guerre contre le Japon n'est pas terminée", proclamaient certaines banderoles des manifestants, qui ont également brûlé des drapeaux du pays du Soleil levant. Des centaines de policiers anti-émeutes protégeaient le consulat. Par haut-parleurs, ils ont appelé la foule au calme.

A Hangzhou, dans l'est, une dizaine de milliers de personnes, des étudiants pour la plupart, ont également manifesté en scandant des slogans anti-nippons et en réclamant le boycottage des produits japonais. Les panneaux publicitaires vantant la qualité des produits électroniques nippons ont été recouverts.

A Tianjin (Tiensin), port du nord du pays, non loin de Pékin, plus de 2 000 personnes ont manifesté "pour protester contre les dernières initiatives du Japon qui affectent les relations sino-japonaises", rapporte l'agence Chine nouvelle.

CONTENTIEUX

Selon un message électronique adressé par l'ambassade des Etats-Unis aux ressortissants américains pour les appeler à la vigilance, des manifestations anti-nippones étaient signalées aussi à Shenyang, dans le nord-est, Guangzhou (Canton) et Dongguan, dans le Sud, et Chengdu, dans le Sud-Ouest.

En outre, selon l'agence japonaise Kyodo, une autre manifestation était en cours à Nanjing (Nankin), près de Shanghai.

A Pékin, où le ministre japonais des Affaires étrangères Nobutaka Machimura est attendu dimanche, la présence dissuasive de milliers de policiers, notamment place Tienanmen, et les mises en garde des autorités aux étudiants contre tout "excès" semblaient avoir porté leurs fruits. Le calme régnait dans la capitale.

Des centaines de policiers casqués et munis de boucliers protégeaient l'ambassade du Japon ainsi que la résidence de l'ambassadeur, dans le quartier diplomatique. Le week-end dernier, les deux édifices avaient été bombardés de pierres et de bouteilles par les manifestants.

Machimura doit rencontrer dimanche son homologue chinois Li Zhaoxing dans le but d'apaiser le lourd contentieux entre les deux pays, qui porte également sur bien d'autres sujets.

Ceux-ci vont du souhait de Tokyo d'obtenir un siège de membre permanent au Conseil de sécurité de l'Onu - ce à quoi Pékin est hostile - au projet japonais d'exploiter des gisements de gaz off-shore dans une zone que se disputent les deux pays.

La tension entre les deux capitales est montée encore d'un cran mercredi lorsque Tokyo a annoncé qu'il avait entamé les procédures d'attribution des droits de forage en mer de Chine orientale.

Le Japon s'est engagé à ce que tous ces différends ne portent pas atteinte aux relations commerciales bilatérales qui se montent à 178 milliards de dollars par an. De son côté, Pékin s'est défendue d'encourager les manifestations anti-nippones, qui ont débuté au début du mois, et a promis de protéger les personnes et les biens japonais en Chine.

Sources : Reuters, Agence Chine nouvelle / 新华通讯社, Kyodo News / 共同社 / 共同通信社

Publié dans Nouvelles de Chine

Commenter cet article